Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Polars’ Category

Uppsala, 2002.  Un cadavre est retrouvé dans la neige. Petit-John, un ancien délinquant, chômeur, est assassiné. Issu d’un milieu modeste, Petit-John, spécialiste des poissons tropicaux, exerçait sa passion avec l’aide de son fils Justus. Le frère de Petit-John, Lennart ne fait nullement confiance à la police et est bien décidé à trouver le coupable et venger son frère.

L’enquête est mené par Ola Haver. Ann Lindell étant en congé de maternité. Malgré cela, elle trouvera le moyen de participer à l’enquête, lasse d’être inactive depuis 1 an.

Encore une fois l’auteur nous brosse un tableau de la société suédoise. Nous fait la démonstration que les problèmes sociaux existent « même » en Suède. Il continue aussi son incursion dans la vie privée de ses personnages récurrents. Tout n’est pas rose dans la famille de Ola Haver et Ann ne vit pas toujours bien son nouveau rôle de mère monoparentale. Avec ce troisième titre, l’auteur maîtrise de plus en plus son art et approfondie la psychologie de ses protagonistes. Consulter l’avis de Paul Arre et trouver des informations supplémentaires sur les titres à venir de cet auteur.

La princesse du Burundi, Kjell Eriksson, Éd. Gaïa, 2009, c2002, 349 p.

Publicités

Read Full Post »

Au-delà du mal de Shane Stevens

États-Unis, 1973. À 10 ans, Thomas Bishop est placé en institut psychiatrique après avoir assassiné sa mère. 15 ans plus tard, il s’échappe. Commence alors pour lui, un périple meurtrier à travers les États-unis qui va le mener à New York. Il sème les cadavres de femmes sur son passage. Une véritable machine à tuer. D’un côté, les policiers ne savent plus où donner de la tête, de l’autre, Adam Kenton, journaliste d’investigation trace petit à petit le profil du tueur. Le piège se referme lentement mais sûrement….

Ce roman écrit en 1979 par un américain (Shane Stevens) probalement un pseudonyme,  aussi incroyable que cela puisse paraître, n’avait jamais été traduit en français avant 2009. Son auteur a écrit 5 romans entre 1966 et 1981 avant de disparaître dans l’anonymat. Ce thriller nous fait pénétrer dans l’imaginaire tordu du tueur en série. Il fait d’ailleurs école dans le genre.  L’écriture fluide et moderne, le talent de conteur de l’auteur en fait un roman qui a très bien vieilli. Bonne brique de 760 pages! Cela explique en partie mon silence des dernières semaines! Sans parler des olympiques!! A bientôt!

Au-delà du mal, Shane Stevens, Sonatine, 2009, c1979, 758 p.

Read Full Post »

Uppsala, 2001. Une jeune femme et sa petite fille de 6 ans sont fauchées par un automobiliste sur le bord d’une route non loin de chez elles. Quelques jours plus tard le mari de cette femme est retrouvé mort dans sa voiture. Tout semble tendre vers le suicide. La police croit qu’après avoir tué sa femme et sa fille, Sven-Erik Cederen s’est donné la mort. Pas aussi simple que ça! Un autre meurtre est commis, les événements se précipitent….

L’enquête s’oriente vers la société pharmaceutique dans laquelle Sven-Erik Cederen détenait des parts. La police pense à une magouille financière, à des expériences illégales sur les animaux??… Ann n’est pas au bout de ses peines!. Parallèlement à cela, Ann vit des événements difficiles dans sa vie personnelle, qui dans ce récit prennent beaucoup de place.

J’ai beaucoup aimé cette deuxième aventure de l’inspecteur Ann Lindell traduite en français. (La troisième de la série, le no 1 n’étant pas encore traduit.) J’ai déja commenté le précédent dans une chronique antérieure. (La terre peut bien se fissurer). L’enquête est beaucoup mieux ficelée que le précédent. J’ai très hâte de lire la suite, qui est déjà disponible, je vous reviens là-dessus sous peu….

Le cercueil de pierre de Kjell Eriksson, Gaïa, 2008, c2001, 359 p.

Read Full Post »

Les visages de Jesse Kellerman

New York, 2006. Ethan Muller, le narrateur va nous raconter une histoire. La découverte de dessins exceptionnels dans un sombre appartement du Queens, va l’entraîner dans une quête qui tourne à l’obsession. Ethan est propriétaire d’une galerie à New York. Riche héritier d’une fortune colossale, tout lui réussit…en apparence…Quand il expose les dessins qu’il a découvert, il reçoit l’appel d’un policier à la retraite qui est persuadé que certains des dessins exposés sont les visages d’enfants assassinés quarante ans auparavant… une affaire qui l’obsède toujours… Commence alors une traque pour tenter de découvrir l’assassin. Est-ce lui qui a fait ces dessins? Est-il toujours vivant? Peut-on le retrouver?

Jesse Kellerman est un nouveau venu dans le monde du polar. Il est le fils de Jonathan et Faye Kellerman. J’ai adoré ce roman. On se promène dans le milieu de l’art à New York, très intéressant! J’ai beaucoup apprécié la construction du roman. L’auteur nous ramène dans le passé de la famille Muller. On est témoin de l’arrivée du premier ancêtre en Amérique et de l’érection de leur gigantesque fortune. Un auteur à suivre…

Les visages de Jesse Kellerman, Sonatine, 2009, c2008, 471 p.

Read Full Post »

Uppsala, Suède. 1999. Tore Svensson, tout juste sorti de cure de désintoxication, reprend contact avec sa soeur Mari, qui vit à la campagne. Il tente tant bien que mal de refaire sa vie. Sa conjointe, junkie elle-même l’a quitté, leur fils Chris a été placé en famille d’accueil. Tore veut se prendre en main afin de récupérer sa compagne et leur fils. Tout cela est bien mal parti. Tore ne fait que s’enfoncer. Il s’isole de plus en plus. Lui qui n’a jamais été violent, en devient à détester tous ceux qui sont « responsables » (à son avis) de la perte de sa femme et de son fils. Très vite, Tore s’enfonce dans une spirale de violence où il est vite dépassé par les événements. Le désespoir et la vengeance deviennent son leitmotiv.

Très rapidement dans le roman, le lecteur sait que Tore commet des meurtres.  D’un côté, il y a Tore et de l’autre la police criminelle d’Uppsala, et la talentueuse inspectrice Ann Lindell, qui cherche à arrêter ces meurtres…

Ce roman aborde de façon intime la vie des principaux personnages.  Tore et son profond désespoir qui le mène à poser des actes irréversibles. Ann, qui malgré son travail stimulant est profondément seule…

Quelques petites longueurs. L’auteur qui aborde l’action syndicaliste de certains personnages secondaires  du roman qui m’ont semblés un peu parachuté… Si non, un bon polar suédois. Les aventures de l’inspectrice Lindell sont à suivre…

La terre peut bien se fissurer de Kjell Eriksson, Gaïa, 2006, c2000,  341 p.

Read Full Post »

Auckland, Nouvelle-Zélande.  Jack Fitzgerald, d’orgine maorie, a intégré la police lors de la disparition de sa femme et sa fille, 25 ans plus tôt.  Encore aujourd’hui, il n’a pas cessé d’espérer de les retrouver. Lorsqu’on fait sa connaissance, il enquête avec une jeune criminologue, Ann Waitura. Ils sont à la recherche d’un tueur qui exécute des jeunes femmes selon un rituel particulièrement barbare….Leur traque fera beaucoup de dégats sur son passage…

On y découvre aussi certaines traditions ancestrales maories (plutôt violentes!!), que certains adeptes (dans le roman)  pratiquent encore aujourd’hui.

Malgré un départ un peu lent, j’ai bien aimé ce premier volet d’enquêtes consacrées aux Maoris de Nouvelle-Zélande.  Par contre, avertissement: c’est très sanguinaire!! On a quand même affaire à un peuple (les Maoris) qui a été des « mangeurs d’hommes »! Coeurs sensibles, s’abstenir!!

Haka de Caryl Férey, éd. Gallimard (Folio policier), 2003, 435 p.

Read Full Post »

Misterioso de Arne Dahl

Stockholm, milieu des années 90. Paul Hjelm, policier, agit de façon inconsidéré lorque qu’il intervient dans une prise d’otage sans attendre le groupe d’intervention spécialisé. Il est blâmé, car son « geste » spontané aurait pu mal tourné! Il se retrouve donc au chômage pour une période indéterminée. C’est à ce moment qu’il est « invité » à faire partie d’un groupe spécial d’enquête (le groupe A) nouvellement formé, qui vise à arrêter un tueur en série. Paul rejoint 5 autres collègues, venus de tous les coins de la Suède pour former ce groupe spécial. Commence alors une chasse à l’homme et aux indices qui mettra à profit les différentes qualités de chacun de ses membres.

Ce roman est le premier d’une série, mettant en vedette ce groupe A. On y voit la prémice de quelque chose d’intéressant. Dans celui-ci, on ne fait que découvrir les personnages du groupe, plus particulièrement Paul Hjelm, qu’on suivra de plus près. Ce récit est fortement axé sur les procédures policières. On y voit de très près, le fonctionnement à l’interne du groupe. Pour un premier roman, c’est un bon début. J’ai hâte de voir les suivants. Le deuxième est d’ailleurs sorti dernièrement. À suivre…

Si vous voulez en savoir plus et du même coup avoir une autre opinion. Allez sur le blog Dum spiro lego, un blog très bien, spécialisé sur les polars suédois. http://polarpolaire.blogspot.com/2009/10/misterioso-du-sang-sur-le-piano.html

Bonne lecture!

Read Full Post »

Older Posts »